✎ CR – Journée d’étude VisionNAge(s) 26/03/21 (Bordeaux)

Une femme marche sur la plage : retour sur la Journée d’études « Lieux ordinaires, lieux remarquables » du 26 mars 2021

Une femme marche sur la plage, au loin se profile la silhouette reconnaissable entre toutes du phare de Biarritz et de la Roche percée qui fait face à la plage de Miramar. Une femme marche sur la plage, devant elle la ligne du rivage et une suite de dunes littorales qui se perd dans le lointain. Ou bien encore : une femme marche sur la plage avec un chien à ses côtés et, face à eux, la découpe d’un blockhaus émerge de l’étendue sableuse. Ces trois instantanés empruntés respectivement aux Derniers jours du monde (Arnaud et Jean-Marie Larrieu, 2009), à Madre (Rodrigo Sorogoyen, 2019) et à Ava (Léa Mysius, 2017), illustrent bien la problématique qui était au centre de la première Journée d’études organisée dans le cadre du programme VisionNAge(s), le 25 mars 2021. Certains lieux s’imposent par le caractère emblématique de leur cadre naturel ou de leur patrimoine bâti : c’est le cas de la Grande plage de Biarritz et son fameux phare, bien connus des touristes, mais aussi des cinéphiles qui n’ont jamais fréquenté la station biarrote mais qui ont pu les apercevoir dans de nombreux films. D’autres lieux semblent plus difficiles à situer : c’est le cas du littoral dunaire de la côte atlantique qui semble s’étaler de manière uniforme du nord du Médoc jusqu’au sud des Landes… Pourtant, cette évidence de l’ordinaire et du remarquable mérite d’être réinterrogée : d’abord, parce que ces catégories sont construites par les représentations filmiques et reposent souvent sur une opération de réduction du paysage à une synecdoque qui est censée en condenser la nature : ainsi « la dune et le rocher » pour reprendre le titre de la communication que j’ai moi-même consacrée à ce phénomène. L’analyse des parcours et des circulations que la fiction et ses personnages accomplissent dans ces territoires permet de dépasser cette première approche et de voir comment l’espace est « pratiqué » au sens de Michel de Certeau. On peut ainsi suivre la voie des « récits d’espaces » et des enjeux dramatiques dont ils sont porteurs : récits de disparition, de perte et de deuil ; ou au contraire, récits de rencontre, de découverte, de métamorphose existentielle où le banal devient singulier.

Cette idée de l’espace filmique comme lieu de transformation(s) et de « fabrique » du territoire était également présente dans les autres communications de la journée qui rassemblaient des approches pluridisciplinaires, associant géographes, spécialistes de cinéma et professionnels de l’audiovisuel. Jean-François Staszack montre ainsi, à partir de l’exemple de Casablanca – le film et la ville – comment s’élaborent des « simulacres in situ », répliques de lieux présents dans des films de fiction, tels le Rick’s Café ou le Morocco Mall qui (re)créent dans la ville de Casablanca des décors du film éponyme de Michael Curtiz (1942), lui-même tourné à Los Angeles[1]. Avec Sarah Leperchey on revient au territoire néo-aquitain au travers de l’exemple des Demoiselles de Rochefort (Demy, 1966), revisité par Agnès Varda dans Les Demoiselles ont eu 25 ans (1992) : le film de Demy où la fiction transforme la ville pour la faire ressembler à un décor de cinéma interroge tout à la fois la fabrique de l’ordinaire et celle du remarquable – et leurs permutations. Enfin, les regards croisés de Davina Brunot, doctorante en cinéma, et des géographes de PASSAGES, Véronique André-Lamat, Béatrice Collignon et Isabelle Sacareau explorent les représentations de lieux emblématiques du bassin d’Arcachon – la dune du Pilat et la pointe du Cap Ferret – dans Camping (Fabien Onteniente, 2006) et Les Petits mouchoirs (Guillaume Canet, 2010). On y voit notamment comment, dans le premier film, la dune est étrangement invisibilisée car ce lieu remarquable « ne peut pas faire paysage » au sens d’Anne Cauquelin, tandis que dans Les Petits mouchoirs, c’est le tourisme de masse qui est rendu invisible au profit d’une communauté vacancière de privilégiés.


[1] Référence de l’article de Jean-François Staszack à venir (article en cours de publication).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pierre Beylot (24 juin 2021). ✎ CR – Journée d’étude VisionNAge(s) 26/03/21 (Bordeaux). VisionNAge(s). Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8n0


Pierre Beylot

Pierre Beylot est professeur d'études cinématographiques et audiovisuelles à l'université Bordeaux Montaigne, spécialiste du récit de fiction au cinéma et dans les séries

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search