De l’eau et du béton

Quiconque a vu et pense au film Ava de Léa Mysius sorti en 2017 se souvient du récit d’une émancipation au féminin, de la plage ensoleillée, de la libération du corps d’Ava et de la rencontre de cette jeune femme avec un homme, jeune lui aussi, bien qu’un peu moins. Mais il est un autre rendez-vous entre deux corps, plus ténu, plus indirect aussi, qui se profile dans Ava, un rendez-vous de temps long qui, plutôt que rencontre, se veut retrouvailles.

            Tout littoral, de fait, affiche un divorce forcé : celui du sable des constructions bétonnées d’avec sa provenance. Si « seulement » 2,5%[1] de l’extraction mondiale de sable provient des fonds marins, le littoral est largement abondé et renouvelé par le sable des cours d’eau, principalement fluviaux, qui représente, lui, la deuxième source d’exploitation du sable utilisable en construction. Mais devant l’épuisement des sablières et gravières, et les problèmes causés par l’extraction du sable des eaux fluviales, l’exploitation du sable marin s’intensifie. Or, cela ne va pas sans causer d’importantes modifications environnementales, notamment l’accélération de l’érosion et du recul du trait de côte (pied de dune), voire la disparition de plages et d’îles : « entre 75 et 90% des plages du monde reculent. Tandis qu’en Floride 9 plages sur 10 sont en voie de disparition, 25 îles d’Indonésie ont déjà disparu… Les effets de l’extraction de sable au large des côtes s’ajoutent à ceux causés par le réchauffement climatique et la montée des eaux, ainsi que ceux induits par la construction de bâtiments trop proche des rivages. En effet, ce type de constructions bloquent les vagues, qui s’y brisent et repartent au large de façon violente, emportant encore plus de sable que d’ordinaire[2]. »

            Ainsi, tout littoral où l’océan bat le rappel expose une réconciliation arrachée à la division. La façade centre-nord du littoral néo-aquitain[3], particulièrement, parce qu’elle est peu « bâtie » au sens où on entend habituellement ce mot, en offre une singulière expérience. Ici en effet, les fortifications côtières du Mur de l’Atlantique, implantées initialement sur les hauteurs des dunes de sable et, depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, laissées en grande partie à l’abandon, « voyagent » malgré elles jusqu’à déchoir de leur piédestal, s’en allant progressivement à la mer. Ainsi dans Ava, où un bunker du littoral médocain, tout de guingois sur la plage malgré ses épais murs de béton, rend visible le recul dunaire et le mouvement du paysage. D’une situation éminente et stratégique permettant d’anticiper et combattre un débarquement des forces ennemies, ce bunker, appartenant au site de fortifications appelé AR07 Le Pin Sec[4], donne corps à la fragilité d’un matériau qui ne peut être ici qu’emprunté.

(photogramme du film Ava ; TC : 00:33:00)

            Les « piscines naturelles » de Soulac, qui sont visibles quant à elles au début du film Ava, font pour leur part partie des travaux d’endiguement qui ont permis de préserver la pointe du Médoc, à l’image des digues encadrant l’entrée de la baie de Soccoa et de Saint-Jean de Luz dans le Pays Basque. Témoignant encore du travail accompli grâce à la persistance du rail qui a permis d’amener, de 1839 jusqu’en 1930, travailleurs et fournitures sur le site, la Digue des Arros (ou Digue des Huttes) est aujourd’hui lieu de villégiature où, pour citer la réalisatrice d’Ava, « les gens se baignent dans une eau stagnante qu’on imagine tiède et pleine de pipi d’enfant alors que l’océan se déchaîne juste derrière[5]… »

(photogramme du film Ava ; TC : 00:00:54)

            Pour autant, c’est principalement grâce à ces brise-lames que certaines fortifications[6] médocaines du Mur de l’Atlantique tiennent justement encore tête aux assauts des vagues et du sable, résistance rare sur cette partie du littoral. Ici donc, pourrait-on penser, point d’érosion, le béton immergé protégeant de loin le béton éminent, par une alliance convenue par l’homme. Mais plus au Sud, en direction de Soulac-sur-mer, voilà que l’océan ronge ce qui a ailleurs été remisé hors de sa portée. Et si la batterie M.B.K. Soulac demeure fièrement debout, l’immeuble Le Signal, construit de 1965 à 1970 sur le front de mer, menace de s’effondrer sur la plage en contrebas[7] et a fait de ses résidents, expropriés en 2014, les premiers réfugiés climatiques de France.

(© Radio France – France Bleu Gironde)

            Si cette histoire n’est ni visible ni même évoquée dans Ava, l’érosion du trait de côté y est bien mise en image, de manière détournée, par la co-présence dans le film de l’océan et du bunker « déchu » dans lequel Juan trouve refuge. Et ce bunker gagne aussitôt une valeur générale, symbole du « tout béton » d’une époque et d’une méconnaissance de l’écosystème littoral. Face « au béton et au rêve balnéaire[8] », tous deux constructions de l’homme inter-reliées et à vocation expansive, s’oppose la présence d’un océan à la force sous-estimée qui, s’exprimant souvent sur un temps long peut aussi, à l’occasion d’une tempête, accélérer son pouvoir de reconfiguration du paysage littoral. Ce bunker, c’est donc aussi Le Signal, la situation immédiate de l’un annonçant le devenir proche de l’autre et peut-être de tout autre. Devenir initié de longue date, patiemment, et c’est alors que le temps filmique réussit à rendre compte d’une temporalité qui le dépasse et d’un mouvement qu’il est en incapacité de saisir directement ; dans la brièveté d’un plan, d’une séquence, ou des quelques heures d’un film, se révèle la marche en avant des années. Une différence cependant est notable entre le bunker de Ava et l’immeuble Le Signal : contrairement à la déliquescence du bâti conventionnel à laquelle on prête attention et soin (opération de désamiantage puis destruction), le bunker, lui, semble avoir gagné une autonomie d’évolution grâce à la solitude du laissé-pour-compte.

Se fait alors jour dans le film, derrière l’eau et le béton, toutes deux matières dénuées de volonté, une dynamique poétique de la réunification.


[1] Statistiques de 2016. Source : « La Ressource sable dans le monde : vers l’épuisement ? », s.a., Controverses, École des Mines de Paris, en ligne

URL :  https://controverses.minesparis.psl.eu/public/promo15/promo15_G5/www.controverses-minesparistech-1.fr/_groupe5/un-point-dentree-dans-une-problematique-mondiale/la-ressource-sable-dans-le-monde-vers-lepuisement/index.html

Voir également : « La Guerre mondiale du sable est déclarée », Richard Hiault, Les Echos, en ligne, publié le 24/02/2016, consulté le 07/06/2021.

URL : https://www.lesechos.fr/2016/02/la-guerre-mondiale-du-sable-est-declaree-1110253

Pour une vision infographique des chiffres et des enjeux : https://trademachines.fr/info/sable/

Et pour les statistiques d’extraction de sable marin en temps réel : https://www.planetoscope.com/matieres-premieres/1710-extraction-de-sable-marin-dans-le-monde.html

[2] « La Ressource sable dans le monde : vers l’épuisement ? », op.cit.

[3] On entend ici la côté néo-aquitaine à l’exclusion de la côte basque.

[4] Le bunker filmé dans Ava et dans lequel trouve refuge le personnage de Juan est un des trois encuvements de type 600 sur abri/soute encore présents sur site.

[5] « Ava », entretien avec Léa Mysius, propos recueillis par Christophe Chauville, Eclairs, La revue numérique de l’ALCA, en ligne, publié le 21/06/2017, consulté le 29/06/2021.

URL : http://eclairs.aquitaine.fr/ava.html

[6] Notamment la batterie allemande M.B.K Soulac (Les Huttes – Gi307), intégrant l’ancienne batterie française des Arros et parfois improprement appelée Fort des Arros. Pour plus d’informations, voir http://www.cestenfrance.fr/batterie-des-arros-atlantikwall-m-k-b-soulac-les-huttes-gi307/

[7] Initialement situé à 200 mètres de l’océan, « en février 2010, la violente tempête Xynthia s’abat sur le bâtiment, qui n’est alors plus qu’à 40 mètres de l’eau […] En 2014, lorsque les derniers habitants sont évacués, le Signal n’est plus qu’à 9 mètres du bord de la dune. » Source : « En Gironde, les expropriés de l’immeuble Signal, symbole de l’érosion côtière, seront indemnisés », Claire Mayer, Le Monde, en ligne, publié le 28/01/2021, consulté le 30/06/2021.

URL : https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2021/01/28/en-gironde-les-expropries-de-l-immeuble-signal-symbole-de-l-erosion-cotiere-seront-indemnises_6067937_4500055.html

[8] Ibid.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Davina Brunot (6 juillet 2021). De l’eau et du béton. VisionNAge(s). Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8n1


Davina Brunot

Davina Brunot est actuellement en thèse au sein du programme de recherches VisionNAge(s) et étudie les images du littoral dans les films de fiction tournés en Nouvelle-Aquitaine.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search