✎ CR – Festival de Contis 15-16/09/21 (Saint-Julien en Born)

26e Festival de Contis : un festival ancré dans son territoire

Créé en 1996 par Betty Berr et Rainer Wothe et désormais animé par une nouvelle équipe de passionnés, le festival de Contis a ouvert sa 26e édition par un émouvant hommage à sa fondatrice, disparue il y a quelques jours, rendu par Arthur H. au piano lors de la soirée inaugurale.

Hommage de Arthur H. à Betty Berr, la fondatrice du Festival de Contis.

À la fois multiculturel et ancré dans son territoire, Contis est un festival dédié aux courts-métrages – avec même une compétition de « nanométrages » de moins de 45 secondes – qui entretient des relations avec d’autres festivals au Brésil, en Espagne, en Allemagne et en Italie. Il offre un panorama de la production de courts-métrages en Europe et dans le monde, des rencontres professionnelles – aide au développement de projets de films de jeunes réalisateurs avec « Talents en court » et  « rencontre créative Green Cinemas » autour de l’impact environnemental des tournages et des salles de cinéma – et diverses actions d’éducation à l’image.

Une de ses spécificités, qui fait tout son intérêt pour le programme VisionNAge(s), est l’attention qu’il accorde également aux films tournés en région Nouvelle-Aquitaine, et plus particulièrement dans le département des Landes. Cette année, un focus était fait sur le travail de la jeune réalisatrice Anna Cazenave Cambet avec la projection de Iemanja-cœur océan, tourné à Contis en 2017 (film de fin d’études de la Femis) et de son premier long métrage De l’or pour les chiens, présenté à la Semaine de la critique à Cannes en 2020. On y découvre les différentes facettes d’un paysage singulier : Contis désertée, à demi-noyée dans le sable en hiver dans Iemanja et station festive, lieu de rencontres et de désillusions sentimentales dans De l’or pour les chiens qui nous fait voyager des vastes étendues des plages et des forêts landaises aux rues de la capitale et aux murs d’un couvent où se réfugie la protagoniste. C’est également autour d’un paysage insolite que gravitent les personnages des deux courts-métrages de Fabien Gorgeart, Comme un chien dans une église (2007) et Le Sens de l’orientation (2011) : l’église de Labenne, une église d’allure « mexicaine » étrangement posée à quelques dizaines de mètres de l’océan dans un coin du sud des Landes qui prend des airs de paysage de western.

Le parcours de Fabien Gorgeart illustre un autre aspect de cet ancrage du cinéma dans le territoire landais, à savoir le soutien apporté par les collectivités locales à la création cinématographique avec la résidence d’écriture « La Maison bleue » dont a bénéficié ce réalisateur. Soutenu par le Conseil départemental des Landes (avec divers partenaires institutionnels, notamment le CNC, le Bureau d’accueil des tournages des Landes et le cinéma de Contis), ce dispositif est destiné à favoriser les ressources locales en termes de décors et de professionnels, sans exclusive puisque La Vraie Famille, long-métrage projeté lors de la soirée de clôture du festival a été écrit par Fabien Gorgeart en grande partie lors de cette résidence à Contis, mais qu’il a été tourné en Normandie.

Pierre Beylot


Pierre Beylot

Pierre Beylot est professeur d'études cinématographiques et audiovisuelles à l'université Bordeaux Montaigne, spécialiste du récit de fiction au cinéma et dans les séries

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search