Le paradoxe du littoral

            Le littoral néo-aquitain, façade maritime ouverte sur l’Atlantique, court sur quatre départements (Charente Maritime, Gironde, Landes et Pyrénées Atlantiques) et rassemble une large variété topographique sous une même dénomination. Une partie de ce littoral, de l’estuaire de la Gironde à l’estuaire de l’Adour, est parfois appelée Côte d’Argent. Plus haut, au nord de l’estuaire de la Gironde se trouve la partie littorale de la Charente-Maritime, un territoire s’étendant de Charron, petit village côtier sous la frontière des Pays de la Loire, jusqu’à Saint-Bonnet sur Gironde, dernier village avant la frontière girondine. A cela s’ajoute l’archipel charentais constitué des îles d’Oléron, de Ré, d’Aix, et enfin la plus petite des quatre, l’île Madame. Plus bas vient s’enchainer à la Côté d’Argent la Côte Basque : initialement, « ces noms, choisis avec soin comme des noms de marque, définissent l’identité de territoires à construire. L’enjeu est commercial et financier. Spéculateurs immobiliers, propriétaires de grands hôtels et compagnies de chemin de fer lancent une portion de côte comme un produit[1] ». Comme tout littoral, celui de Nouvelle-Aquitaine possède une histoire qui a contribué à le façonner et à lui donner une identité visuelle plurielle. Du port de plaisance des Minimes (La Rochelle, premier port de plaisance de la façade Atlantique) à la station balnéaire de Saint-Jean de Luz en passant par le bassin d’Arcachon, les orientations en termes d’urbanisme se sont ici souvent faites contre les éléments (construction de digues, fixation des dunes…), ce qui a permis d’ouvrir la porte à de nombreuses vocations touristiques et commerciales[2] et a fait des côtes néo-aquitaines un territoire préexistant désormais dans l’imaginaire collectif comme territoire « de plaisance ».

                        C’est aussi que ce littoral, très étendu, dispose d’une spécificité qui se détache rapidement pour l’œil et pour l’esprit sitôt qu’on l’observe sur une carte. Cette spécificité, géologique, se montre comme intuitivement géométrique, ce que même Thomas Pesquet[3]  donne à voir en en publiant[4] en juillet 2021 une série de clichés[5]  pris depuis la Station Spatiale Internationale (voir image ci-contre). Ces clichés sont accompagnés, sur le compte Facebook de l’astronaute, du commentaire suivant : « L’intégralité de la Côte landaise, ou presque ! Un collage un peu plus simple à réaliser que les autres puisque j’ai shooté quasiment en ligne droite du Pays Basque au sud jusqu’à l’embouchure de la Gironde au nord[6]. »

            Voilà ce qu’explicite Thomas Pesquet et que nous avions vu : une « ligne droite » sableuse, étrangeté dans le paysage littoral français constitué principalement de sinuosités minérales ou bétonnées, de saillies, d’élans vers la mer tout autant que de replis, de criques et d’ouvertures. Cette ligne continue, qui apparait encore plus nettement « vue du ciel » et que seul le bassin d’Arcachon, semblable à une béance, vient rompre en son milieu, constitue le versant ouest du parc naturel des Landes de Gascogne. D’où son nom de « côte landaise », la même que l’on appelait plus haut Côte d’Argent[7]. Si la confusion peut poindre lorsque l’on parle de la « côte landaise », c’est que celle-ci n’est pas la côte du département des Landes ; s’y ajoute la côte de la Gironde. Les plages girondines et landaises ne forment quasiment qu’une seule et même grande plage prenant la forme d’un massif dunaire principalement non urbanisé de plus de 230 kilomètres qui débute à l’orée de l’estuaire de la Gironde pour finir là ou commencent les 40 kilomètres de côte des Pyrénées Atlantique. Au Sud de la côte landaise, donc, le paysage se modifie en profondeur et les premières grandes villes balnéaires du pays basque apparaissent en front de mer, telles Anglet, Biarritz ou Saint-Jean-de-Luz, avec des incursions sur la plage par une bétonisation des côtes parfois fortes. C’est qu’il faut dire aussi que le parc des Landes de Gascogne se termine à cet endroit, et qu’avec lui se raréfient les pinèdes jusqu’à disparaitre, de même que le cordon dunaire. Les caractéristiques géologiques de la côte ne sont alors plus les mêmes, et l’on voit les plages de sable fin se transformer progressivement, en cheminant vers le sud, en falaises disposant de leurs propres spécificités comme le célèbre affleurement du flysch crétacé plissé à Saint-Jean-de-Luz. Ainsi, entre l’Adour et la Pointe Saint-Martin à Biarritz « se trouvent les derniers termes du massif dunaire landais plio-quaternaire, brutalement remplacés vers le sud par des falaises rocheuses jusqu’à Hendaye[8]. »

            Revenons à la côte landaise. Elle représente, comme mentionné plus haut, un littoral de 230 kilomètres[9] sur… 720 kilomètres de côtes néo-aquitaines relevés par le Comité Régional de Tourisme de cette région[10]. Oui mais voilà déjà que le GIP (groupement d’intérêt public) littoral avance pour ces mêmes côtes le chiffre de 970 kilomètres[11] ! Concernant plus spécifiquement la côte de Gironde, le site Cosmovisions de l’encyclopédie en ligne grand public Imago Mundi lui attribue une longueur de 175 kilomètres alors que l’autre encyclopédie grand public en ligne Wikipédia n’en donne que 126 kilomètres ; l’Observatoire National de la Mer et du Littoral, quant à lui, en estime le linéaire côtier à 360 kilomètres… Ce que l’on relève ici concernant les côtes de Nouvelle-Aquitaine se vérifie également partout ailleurs ; relevons, pour l’exemple, la comparaison effectuée par Gérard Villemin sur son site de vulgarisation mathématique à propos des nombres :

            Alors, passé ce bref aperçu, que pouvons-nous en déduire ? Premièrement, que la proportion des côtes landaises rapportée à la longueur totale du littoral néo-aquitain met en défaut notre intuition : elle est plus faible que ce que nous inclinons à penser en regardant une carte. Ensuite, que personne ne s’accorde, même de toute bonne foi, sur la longueur des côtes. À qui donc se fier et surtout, pourquoi une telle divergence ?  C’est qu’il faut alors apporter une précision en explicitant le rapport atypique qu’entretient tout littoral avec le calcul de ses côtes.

            Habituellement, dans les études des géographes, cartographes ou techniciens du territoire, on évalue le « linéaire côtier », qui prend en compte toutes les invisibles sinuosités des côtes. Ainsi, dans la « Synthèse statistique de la façade Sud-Atlantique » réalisée en 2017 par l’Observatoire du Littoral[12], nous apprenons que « le linéaire côtier de la façade Sud Atlantique est de près de 1 000 km […]. A elles seules, les côtes de Charente-Maritime en représentent près de la moitié, 446 km. Les côtes de Gironde, en dehors du bassin d’Arcachon, et des Landes sont surtout composées de grandes plages sableuses et ont un linéaire relativement faible. » Cela explique d’abord pourquoi, observant une carte de France, nous sommes portés à croire que la côte landaise est la côte la plus longue de Nouvelle-Aquitaine, alors que les chiffres n’en révèlent rien : une côte en « ligne droite » ne peut rivaliser en distance avec les circonvolutions, recroquevillements et détours d’une côte plus accidentée ; une longue plage de sable ne sera jamais aussi longue, quand bien même elle nous paraitrait plus étendue (c’est-à-dire occupant plus d’espace), qu’une petite crique rocheuse dentelée, fracturée.  

            Mais cela ne résout pas pour autant le problème lié à la différence de chiffres constatée concernant le calcul de mêmes portions de littoral : en effet, si les outils et méthodes des cartographes sont les mêmes, pourquoi un tel écart dans les relevés persiste-t-il ?

Un premier élément est donné par la définition même du linéaire côtier. S’il permet bien de mesurer la « longueur développée de la côte[13] », il suppose aussi « qu’un certain nombre de choix préalables soient faits : prendre l’enveloppe de la terre ferme ? quel zéro choisir : celui du Service hydrographique et océanographique de la marine (SHOM) ou celui de l’Institut géographique nationale (IGN) ? tenir compte de la laisse des pleines mers de vives eaux ? conserver toutes les îles ? que faire pour les estuaires[14] ? ». Ainsi, avec le même outil ne se mesurent pas les mêmes objets, ni de la même manière en fonction du référentiel sollicité.

            Enfin, c’est un mathématicien, Lewis Fry Richardson, qui, constatant la même hétérogénéité des résultats concernant les côtes de Grande-Bretagne, nous apporte la seconde partie de la réponse. Mickaël Launay, dans son livre Le théorème du parapluie ; ou l’art d’observer le monde dans le bon sens, cite le résultat de ses recherches : « plus nous mesurons les côtes […] avec précision, plus le résultat est grand. L’ajout de détails de plus en plus petits ne fait qu’augmenter la mesure, sans aucune limite. Si nous ne voulons faire aucune concession, la seule réponse à notre question est la suivante : les côtes de Grande-Bretagne ont une longueur infinie. Ce phénomène porte aujourd’hui le nom d’effet Richardson, ou plus communément, de paradoxe littoral[15]. »[16]

            Si l’on revient maintenant au littoral néo-aquitain, nous comprenons mieux qu’il est impossible d’arrêter un chiffre qui serait en toutes circonstances vrai : il n’y a pas un seul bon calcul, tous les chiffres se valent puisqu’ils se réfèrent tous à une réalité plus ou moins détaillée et précise en fonction de l’unité de mesure utilisée ; plus l’unité sera petite, plus la longueur du littoral sera grande. C’est ce qu’on appelle une fractale.De manière contre-intuitive, aucun littoral mesuré par les outils des géographes ne peut donc se voir octroyer une longueur unique et indépassable.

            Quelques années plus tard, en 1967, un autre mathématicien nommé Benoît Mandelbrot, utilisant la recherche sur les dimensions fractales dans le but de résoudre ce paradoxe, en déduit que la côte britannique est de dimension 1,25, ce qui aboutit à lui attribuer une longueur d’environ 4600 kilomètres. Concrètement, tout littoral peut donc se mesurer mathématiquement selon sa dimension fractale, comprise entre 1 et 2[17] ; et plus la côte est accidentée, plus cette valeur se rapproche de 2. Ainsi, si la dimension fractale de la côte Ouest de la Bretagne est de 1,40, celle du littoral landais n’est, sans surprise, que de 1,02.

            Et Mickaël Launay de conclure que « ces résultats paraissent très abstraits à notre inexpérience face à de telles unités. C’est pourtant la façon la plus exacte de clore ce débat. Du moins le clôt-elle pour les personnes attachées à l’extravagante exactitude des mathématiques. Dans la réalité, les géographes continuent allégrement de mesurer les côtes en kilomètres et à être approximatifs. »


[1] « Côte d’Argent, Côte d’Émeraude : les zones balnéaires entre nom de marque et identité littéraire », de Catherine Bertho-Lavenir et Guy Latry, dans Le Temps des médias, vol.8, 2007/1, page 105.

URL : https://doi.org/10.3917/tdm.008.0105

[2] La Nouvelle-Aquitaine accueille 28 millions de touristes par an (chiffres 2017). Elle est la première région de France en termes de nuitées pour les résidents français, et la cinquième concernant les touristes étrangers.

Source : http://www.crt-nouvelle-aquitaine.com/Observatoire/Chiffres-cles

[3] Astronaute français en séjour en 2021 à bord de la Station Spatiale Internationale (ISS).

[4] Source :

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=374608820703756&set=pb.100044639220121.-2207520000..&type=3

[5] https://www.esa.int/ESA_Multimedia/Images/2021/07/Les_Landes_large?fbclid=IwAR0sV_WYzY7J63VSwivZ326Pw_IrFuzEeQ5LelbyN4yvcZ6eAkC5t-Ox1wI

[6] La reconstitution photographique de la côte landaise par Thomas Pesquet débute en fait au Sud de l’estuaire de la Gironde, à la plage Gurp, située entre Soulac et Montalivet et va jusqu’à Capbreton au Sud. La pointe du Médoc, au Nord de Soulac, n’est donc pas visible, ni Soulac elle-même.

[7] L’appellation Côte d’Argent vient en réponse à une dynamique née en 1887 avec Stéphen Liégeard qui mentionne dans un livre éponyme la « Côte d’Azur ». On retrouve aujourd’hui nombre de ces dénominations, principalement à but promotionnel : Côte d’Émeraude, Côte de beauté, Côte de Nacre, Côte de Lumière, Côte d’Opale…

A ce propos, voir « Côte d’Argent, Côte d’Émeraude : les zones balnéaires entre nom de marque et identité littéraire », de Bertho-Lavenir, Catherine, et Guy Latry dasn Le Temps des médias, vol. 8, no. 1, 2007, pp. 105-117.

[8] « Le littoral basque », Bérangère Clavé-Papion, Infos Dynamiques Environnementales, en ligne, publié le 04/06/18, mis à jour le 06/11/18, consulté le 23/07/21.

URL : https://dei.hypotheses.org/732

[9] Chiffre de l’Observatoire Régional des Risques de Nouvelle-Aquitaine (ORRNA).

[10] Source : http://www.crt-nouvelle-aquitaine.com/Le-territoire/Nos-filieres/Littoral.

[11] Source : https://territoires.nouvelle-aquitaine.fr/outils-et-ressources/les-partenaires/le-gip-littoral#:~:text=%23Littoral-,Un%20littoral%20%C3%A9tendu%20et%20exceptionnel%20en%20partage,mais%20aussi%20une%20grande%20fragilit%C3%A9.

[12] https://notre-environnement.gouv.fr/IMG/pdf/synthese_statistique_de_la_facade_sud_atlantique.pdf

[13] C’est nous qui soulignons.

[14] Source : http://www.glossaire-eau.fr/concept/lin%C3%A9aire-c%C3%B4tier. Cette définition est reprise du site de l’Ifremer.

[15] Mickaël Launay, Le théorème du parapluie ; ou l’art d’observer le monde dans le bon sens, Flammarion, Paris, 2019, pp. 130-131. Pour consulter l’article original, voire « How long is the coast of Britain ? Statistical self-similarity and fractional dimension », Benoît Mandelbrot, Science, vol. 156, 05 mai 1967, pp. 636-638.

URL : https://science.sciencemag.org/content/156/3775/636

[16] Op. cit., p. 177,6.

[17] Dans les faits, les dimensions fractales des littoraux sont plus spécifiquement comprises entre 1 et 1,5.


Davina Brunot

Davina Brunot est actuellement en thèse au sein du programme de recherches VisionNAge(s) et étudie les images du littoral dans les films de fiction tournés en Nouvelle-Aquitaine.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search