✎ CR – Colloque International 7-8/10/21 (Boulogne-sur-Mer)

Source : https://tat2021.univ-littoral.fr/

Les 7 et 8 octobre 2021 s’est tenu à Boulogne-sur-Mer un colloque qui, sur bien des points, intéresse l’équipe de VisionNAge(s). Intitulé Tourisme, arts et territoires, ce colloque était coorganisé par Nathalie Dupont (Université du Littoral-Côte d’Opale) et Laëtitia Garcia (Université de Lille) avec le soutien des équipes de recherche HLLI et l’InRent, en partenariat avec l’équipe DEMOGUE du centre de Recherche Droits et Perspectives du Doit (Université de Lille).

Un peu plus d’une vingtaine de chercheuses et chercheurs ont présenté des communications. La réflexion a été nourrie également par la présence de six professionnels du tourisme, organisatrices de festivals ou encore chargés de mission dans des collectivités locales.

Les rapports entre cinéma/audiovisuel et territoire ont affleuré en plusieurs occurrences, toujours à l’aune de la relation au tourisme.

Pascal Laborderie (Université de Reims Champagne-Ardennes) a présenté le Festival du film arabe de Famek, en Lorraine. Festival fortement ancré dans son territoire, conçu dans une interdépendance avec des actions plus vastes concernant la politique de la ville et le vivre ensemble, l’événement a été créé par le centre social de la ville et la Ligue de l’enseignement de Moselle. C’est dans un esprit d’ouverture que les fondateurs du festival ont eu pour objectif de favoriser l’intégration des populations issues des immigrations, en leur offrant la possibilité de découvrir ou de redécouvrir leurs pays d’origine au moyen du cinéma. En dehors de l’économie purement marchande existent des activités culturelles qui, quoique non commerciales, peuvent peser sur la vie économique et sociale. Afin de les observer, il est nécessaire de « reterritorialiser »[1] la sociologie de la culture, explique Pascal Laborderie qui, dans cette perspective, a proposé d’analyser les finalités, objectifs, moyens et résultats du festival de Fameck, à l’aide d’une observation de terrain et d’entretiens menés de 2017 à 2020.

Également, sur le terrain des festivals, le colloque a été l’occasion d’une présentation du festival Série Mania, sis à Lille, qui au-delà de la mise en valeur des séries françaises et étrangères, s’ingénie à rayonner sur le territoire de la région Haut de France.

Enfin, une réflexion d’ensemble sur les festivals, sous un angle managérial, a été menée par Michel Felix (SKEMA Business School) et Philippe Vaesken (Université de Lille).

Une deuxième série de communication, sans doute attendues sur ce thème, a pris comme pivot des œuvres et a essayé d’en dégager les effets sur le tourisme.

Ainsi, Manon Haag (Université de Glasgow) s’est intéressée à la série policière Shetland (2013-) diffusée sur BBC One. Shetland est la deuxième fiction la plus souvent mentionnée (derrière la série historique Outlander) par les visiteurs à qui l’on demande quels programmes les ont incités à se rendre en Ecosse (VisitScotland, 2016). L’univers de la série télévisée et son utilisation pour la promotion touristique construit l’image rêvée d’un séjour sur les îles Shetland. Cette image ne repose pas seulement sur des paysages spectaculaires, mais aussi sur des principes déterminant le but et les modalités du voyage. La présentation était axée sur la définition de l’accès aux îles Shetland tel qu’il est présenté dans Shetland et dans la stratégie marketing qui utilise la série pour attirer les touristes. Shetland utilise le format de l’enquête policière pour placer la notion d’héritage au centre de l’expérience touristique. A travers la présentation de ressources culturelles locales dans Shetland, la fiction met en avant une culture typique de l’archipel et se propose comme le meilleur moyen d’accéder à cette culture.

Dans le même type d’approche, Agnès Millot (Université de Reims) explorait la série Outlander (2014-2016), scénarisée et produite par un Américain, Ronald D. Moore. La série suit les aventures romanesques de deux infirmières anglaises de la Seconde Guerre mondiale dans les Highlands du XVIIIème siècle. Le tournage de la série, y compris les scènes sensées se passer en Amérique du nord, s’est effectué en Ecosse. Le bureau écossais du tourisme- VisitScotland – estime que la série a permis une augmentation de 67% du tourisme dans les lieux mentionnés dans le récit ou dans les lieux qui ont servi de décor au tournage. Un boom de la fréquentation touristique qui pose un problème de sur-fréquentation de certains lieux, conduisant même l’UNESCO à préconiser l’ouverture de zones tampons pour préserver la nature écossaise.

L’intervention de Giuliana Mulas et Marida di Crosta (Université de Lyon 3)s’intéressait aux films tournés dans le Val d’Orcia : Le Patient anglais (Anthony Minghella, 1996) et Gladiator (Ridley Scott, 2000). Ce dernier film, ne comportant pourtant que de très brefs instants tournés en Toscane. Mais une séquence, la toute dernière, avait fortement marqué les esprits et de nombreux touristes s’appliquent depuis à en répliquer l’image en se mettant en scène. La communication s’est appuyée sur cette étude de cas pour analyser les rapports de tourisme, art cinématographique et territoire. Elle a interrogé l’impact de Gladiator en Toscane, tant au niveau des politiques locales (création de Toscana Film Commission) que des stratégies de marketing et communication adoptées par les opérateurs touristiques locaux (l’Agriturisme Terrapille et l’agence de tourisme actif Cicloposse en particulier). Elle a également cherché à cerner le rôle du smartphone et des plateformes interconnectées vis-à-vis de la durabilité de ces pratiques de (re)appropriation par la reconstitution « incarnée » des lieux de tournage de films ou séries télévisées à succès.

Before Sunrise (Richard Linklater, 1995), film indépendant tourné à Vienne a contribué, comme l’a montré Viola Ruhse (Danube University Krems in Austria)  à rajeunir l’image de la capitale autrichienne. Le film s’inscrit dans une politique générale de la capitale autrichienne pour faire de Vienne une « cité du cinéma », renforcer l’industrie cinématographique locale et élargir l’aura de la cité. Before Sunrise est un film qui a bénéficié d’un succès certain auprès d’une jeune génération de spectateurs et spectatrices et constitue dorénavant une image aussi forte – et plus moderne – que celles du Troisième homme ou de la série des Sissi.

Ivanne Galant (Université Sorbonne Paris Nord), ensuite, dans une perspective plus large, s’est intéressée aux produits culturels qui, parce qu’ils font de Séville le décor de leur intrigue, ont pu participer au développement touristique de la capitale andalouse, depuis la nouvelle de Prosper Mérimée, Carmen, jusqu’à la série Game of Thrones (2011-2019). Certaines des œuvres tournées à Séville prennent la ville pour ce qu’elle est à l’instar de Carmen, La Peste (1998) ou La otra Mirada (2018-2019), le lecteur ou le spectateur y retrouvent alors logiquement des marques de l’identité sévillane. En revanche, la capitale andalouse est parfois apparue dans des films ou séries uniquement car elle était le décor idéal d’une ville exotique exemplaire, comme c’est le cas dans Game of thrones ou Stars Wars. La communication s’est attachée à montrer comment les institutions en charge du tourisme se sont emparées, ces dix dernières années, de ces produits culturels afin d’en faire des vecteurs touristiques.

Sur un territoire plus vaste, celui qui est parcouru par les héros des road movies, Héloïse Van Appelghem (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle) montrait comment le « film de route » prônant la soif de liberté et de mouvement dans les grands espaces naturels, est particulièrement adapté à la question du cinéma comme vecteur touristique. Ces films produisent des modèles de voyageurs aux yeux du public, qui peut choisir de suivre leurs traces, inspiré par leur quête identitaire qui va de pair avec la traversée des grands espaces. Cette reproduction du mouvement porte une dimension sacrée augmentant l’aura de ces héros de films, élevés au rang d’icônes, dépassant la narration et les cadres du médium filmique. La communication s’est intéressée, parmi tous les exemples possibles, à Easy Rider (Peter Fonda, 1969), Thelma et Louise (Ridley Scott, 1991) ou Into the Wild (Sean Penn, 2007) ainsi qu’à Forrest Gump (Robert Zemeckis, 1994).

En reprenant certaines expressions employées dans les présentations de cas, Joël Augros (Université Bordeaux Montaigne) s’est intéressé à la mesure de l’impact touristique des séries et films (voir billet).

Enfin, du point de vue du géographe, Nicolas Marichez (Université de Lille) montrait comment les comédies populaires de Dany Boon ont participé de la « mise en tourisme » dans le Nord de la France. Le cas de Bergues, vu dans Bienvenue chez les Ch’tis (2008), a bien entendu servi à maintes occasions à traiter de l’impact du cinéma sur le tourisme. Question rebattue donc mais vue ici d’une autre façon ou comment les habitants de la ville ont poursuivi de façon consciente le travestissement d’une ville de Flandres en ville du pays minier. Enfin, Marichez montrait de façon habile comment Oudezeele n’avait pu profiter de la sortie de La Ch’tite Famille (2018) alors qu’une stratégie ingénieuse de mise en tourisme avait été construite par des acteurs divers à la frontière franco-belge (Hirson-Macquenoise) dès le tournage de Rien à déclarer (2010). À des degrés divers et à différentes échelles, cette mise en (ciné-)tourisme agit sur le territoire, en en modifiant l’image (Bienvenue chez les Ch’tis pensé par le Conseil régional comme un vecteur promotionnel) voire l’identité (Bergues), en y faisant émerger de nouveaux hauts lieux (au sein de l’espace berguois), en favorisant la construction de nouveaux territoires (la « place de Courquain », entre Hirson et la Macquenoise).

D’autres communications, dont certaines très intéressantes, ont développé différents aspects de la relation « Tourisme, arts et territoires ». Elles ne sont pas relatées ici. Toutes ces communications, cependant, doivent faire l’objet d’une publication dont les tenants et aboutissants n’ont pas encore été dévoilés. Mais qui seront relayés sur ce carnet de recherche.


[1] Emmanuel Ethis et Jean-Louis Fabiani, « Pour une sociologie des publics de la culture “reterritorialisée” », dans Avignon, le public réinventé. Le Festival sous le regard des sciences sociales, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. « Questions de culture », 2002, pp. 273-284.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search